Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘coton’

Me voilà de retour de mes pérégrinations italiennes et russes… avec un bon rhume dû à la forte pollution de la venise baltique où le redoux a fait fondre la neige et libère des masses de particules fines!

Avec un peu de retard (car je n’ai pas du tout eu le temps de faire un post avant mon départ le 22 février) voici le dernier challenge HSF, on retrouve comme l’année dernière le « Under it all »

Encore un corset 1810, mais plus de bal, d’après un patron pris sur pièce d’époque. La différence se situe dans la profondeur du décolleté et dans la petite hauteur qui se rapproche vraiment d’un sous-vêtement contemporain.

Pour porter sous la robe de bal, il me fallait aussi une nouvelle chemise plus adaptée, cette dernière a été faite avec un voile de coton très très fin et comme j’avais pas mal de marge (2m en 160) j’ai pu réaliser des plis religieuses pour habiller le bas de la chemise.

Ces deux pièces sont réalisée à la main (à l’exception des plis religieuses cousus en point droit avec ma machine à navette ancienne de 1870, que je venais de remettre en état!)

Le tout à été porté en condition lors du bal du 2 mars à Saint-Pétersbourg et le corset est vraiment très confortable, j’ai pu danser toute la journée sans aucune fatigue dans les épaules!

Chemise à plis religieuses et corset court empire - face

Chemise à plis religieuses et corset court empire – face

Chemise à plis religieuses et corset court empire - dos

Chemise à plis religieuses et corset court empire – dos

Corset court empire

Corset court Ier Empire

Détail de la chemise - manche et ourlet roulotté

Détail de la chemise – manche et ourlet roulotté

Détail de la chemise - plis religieuses

Détail de la chemise – plis religieuses

Sorry for the little delay in my presentation, I  just come back from Russia, but this challenge was finish before my departure at Venise, the 20th Febuary

The Challenge: Under It All

Fabric: A very fine, thin cotton, cotton toile

Pattern: pattern from an antic in private collection

Year: 1805-1814

Notions: embroidery eyelets, cotton thread

How Historically Accurate Is It?: The pattern is  very historically accurate and the fabric is cotton.  All the corset and the bodice of the chemise is hand sew but I did use a sewing machine for the religious plis (I have to test my 1870 sewing machine with navette and it was the perfect crash test ^^)

Hours to Complete: Maybe 12h for the chemise and corset

First Worn: In the Winter Ball in Saint-Pertersburg the 2nd March

Total Cost: Fabric was 12€ for 200x160cm, cotton thread in stock, and cotton for the corset was left-over from an old project! So it will be 15 € with ribbons

Publicités

Read Full Post »

Encore pour le  week-end Regency/Empire prévu début avril, cette fois ci :
– 1 nouvelle chemise en voile de coton/soie
– 1 paire de jarretières adaptées à mes boucles 1800  avec une fermeture à lacets
La chemise en coton et soie,  elle aussi cousue en grande partie à la main (je dirais 3/4h de travail au total, vu que toutes les coutures sont rabattues)
Chemise a goussets et encolure à coulisse selon un patron début 19e

Chemise a goussets et encolure à coulisse selon un patron début 19e

La paire de jarretières brodées a été réalisé pour le « Challenge #4 Embellish » de The Historical Sew Fortnightly

Idéalement je devais utiliser mes boucles en argent et marcasites de 1805 comme système de fermeture, mais l’épaisseur de mon coton (toile armure) m’ont fait craindre pour la fragilité de ces ornements anciens… J’ai donc mis des lacets en sergé de coton noir (assorti aux broderies).
Pour une meilleure tenue j’ai imaginé un système de laçage qui permet de resserrer à fond les jarretières, elles tiennent même en dansant du rock! Je ne sais pas si c’est très historique comme construction mais c’est plus pratique en utilisation qu’un simple nœud qui a tendance à se détendre (et donc à ne plus tenir les bas).

Les broderies sont faites au coton à broder, il me vient des réserves de Mamy! Pour le petit texte, je me suis inspirée de Augustintytär  et de ses jarretières brodées que vous pouvez retrouver sur son très bon blog Before the automobileLe jeu de mot est issu d’une carte postale « grivoise » de 1900, pas forcément la bonne période mais on reste dans l’idée!

Il y a environ 4 heures de travail et tout à été fait à la main (3h de broderies et 1h de montage)

Dessin des motifs de la jarretière

Dessin des motifs de la jarretière

Les jarretières finies, après environ 3h de broderie et 1h de montage

Les jarretières finies, après environ 3h de broderie et 1h de montage

Système de fermeture avec œillets

Système de fermeture avec œillets

Et un essai concluant !

Et un essai concluant !

Just the Facts:

The Challenge: Embellishments: Embroidered garters
Fabric: Coton
Pattern:  None…looked at antique garters and copied it.  The embroidery design is an  inspiration of Augustintytär and her garters
 
Year: Early 1800’s…I hope.
Notions: Needle and Cotton Embroidery Floss
How historically accurate is it?  Embroidered garters are historically accurate, but the design is from a word games on a 1900 postcard…only guessing on that, so…?
Hours to complete:  4 hours
First worn: Not yet
Total cost: Free – The embroidery floss was from my grand’ma and the cotton is a fell

Read Full Post »

En pleine préparation pour le pique-nique en blanc du 14 juillet, organisé par le château de Versailles

Plus d’information sur cet évènement par ici et

J’ai  décidé de mettre ma Robe à la Reine, une robe chemise en mousseline de soie, car exceptionnellement grâce à ce pique-nique, nous pourrons aller dans les jardins en costume (puisque Versailles n’autorise aucun accès aux Costumés historiques ou non, mais accepte certain débordement vestimentaires sans sourciller!) .

Ma robe chemise avait des dessous d’un bleu assez vif et nécessite des retouches (car elle a été réalisé dans l’urgence en à peine une demie-journée ^^).
Donc il était évident qu’il me fallait de nouveaux dessous, j’avais déjà dans mon stock de tissu, un beau mélange de coton/soie ivoire à fine rayures ton sur ton… c’est donc parti pour un nouvel ensemble à la façon d’une robe fourreau.

Pourquoi dit-je à la façon, tout simplement car pour des raisons évidentes de facilité lors d’un habillage seule et le coté  pratique de la réutilisation des  pièces, la robe est divisé en deux parties (jupe et haut).

Mais une description  dans une planche du Magasin des Modes de 1787, indique que les dessous transparents  de la robe ne sont pas d’une seule pièce, il est indiqué jupon et corsage. S’agit-il d’une façon de faire courante à l’époque? Ou bien d’un caprice de la mode?

Magasin des Modes, novembre 1787

Magasin des Modes, novembre 1787
Descriptif

Le terme transparent est à prendre ici dans son sens ancien, c’est à dire ce qui est « apparent à travers », le tissus du dessous qui est visible sous celui du dessus. Donc un transparent, dans un magazine du XVIIIe, c’est un vêtement opaque qui transparaît sous une pièce du vêtement au tissage léger, comme de la mousseline ou de la gaze.

Dans sa description canonique, le fourreau est une robe d’une seule pièce au corsage busqué et lacé par derrière, à jupe fermée devant, qui était déjà en usage depuis le milieu du XVIIIe siècle pour les enfants.

Entre trois et quatre ans, les enfants des deux sexes sont en fourreau, dit aussi fausse robe pour les filles et jaquette pour les garçons. C’est une robe longue, en une seule pièce, lacée dans le dos, porté sur un corps à baleines, auxquels les enfants pas plus que les femmes ne sauraient échapper.

DELPIERRE, Madeleine, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, A. Biro, 1996

Et encore plus d’information sur les robes fourreau par ici   sur le blog de Heileen qui a fait un excellent travail de recherches dont il serait dommage de se passer!

Voici donc des photos de la « sous jupe »  avec un falbalas dentelé en mousseline de coton ivoire

Jupon de face

Jupon de profil

Falbalas dentelé, avec festons sur le bas et fixation en « guirlande »

Voilà!

à bientôt pour la suite, c’est à dire le haut, et encore une fois les terminologies seront abordées

Read Full Post »

Finalement j’ai craqué, j’aurais une nouvelle tenue XVIIIe pour le Noël à Vaux le Vicomte

Sachant que mon tissu de base, un fin velours de coton gris perle n’est qu’un coupon de 1,5 m/1m5m, je me suis creusée la tête pour choisir un modèle qui consomme peu de tissu!

Âpres moultes hésitations [principalement entre des vestes redingotes de plusieurs formes] je me suis décidée pour un Pierrot.
Avec le retour à la nature prônée par Jean Jacques Rousseau et l’influence de la mode masculine qui nous vient d’Angleterre, la société pré-révolutionnaire modifie ses codes vestimentaires. Le « Pierrot « , veste courte ajustée à basques, illustre la transition entre la coupe d’une robe à l’anglaise (basques du dos) et la jacket (vêtement court)

Par contre, il me semble que le pierrot a un dos long, comme les queues d’oiseau, donc je le ferrais dans ce sens, avec une coupe en front-zone sur le devant de la veste.
Ma jupe ne sera pas brodée mais éventuellement décorée de motifs floraux en guipure, et si je trouve une belle mousseline dans les tons du tissu du pierrot, je ferrais un tablier.
Je compte faire l’ensemble en deux parties bien distinctes, un gilet en pointe sur le devant puis un manteau de robe en coupe a la front-zone.

Voici les modèles d’inspiration:

Jacket [Pierrot] vers 1790, France, KCI
Taffetas de soie rayée vert et jaune, franges

 

Short Jacket [Pierrot], vers 1785-90, KCI
avec une jupe dite de «ballade»

 

« Pierrot à la hussarde » en taffetas brochée, vers 1780-90

Et voici un ensemble de gravures représentant différentes formes de Pierrot, entre 1787 et 1793, extraites de ce superbe album

Two delicious caramels 1787

Lady 1789

Anglaise 1789

Walking Lady 1789

Revolutionary Lady 1793

 

Et voici un ensemble de lien, extrait du site 18th Century Clothing Notebook, sur les costumes et sources de « Pierrot »:


Voila, le prochain article présentera la construction du costume en lui même, et les photos de la construction, du rendu final et du costume porté.

Read Full Post »