Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2012

En pleine préparation pour le pique-nique en blanc du 14 juillet, organisé par le château de Versailles

Plus d’information sur cet évènement par ici et

J’ai  décidé de mettre ma Robe à la Reine, une robe chemise en mousseline de soie, car exceptionnellement grâce à ce pique-nique, nous pourrons aller dans les jardins en costume (puisque Versailles n’autorise aucun accès aux Costumés historiques ou non, mais accepte certain débordement vestimentaires sans sourciller!) .

Ma robe chemise avait des dessous d’un bleu assez vif et nécessite des retouches (car elle a été réalisé dans l’urgence en à peine une demie-journée ^^).
Donc il était évident qu’il me fallait de nouveaux dessous, j’avais déjà dans mon stock de tissu, un beau mélange de coton/soie ivoire à fine rayures ton sur ton… c’est donc parti pour un nouvel ensemble à la façon d’une robe fourreau.

Pourquoi dit-je à la façon, tout simplement car pour des raisons évidentes de facilité lors d’un habillage seule et le coté  pratique de la réutilisation des  pièces, la robe est divisé en deux parties (jupe et haut).

Mais une description  dans une planche du Magasin des Modes de 1787, indique que les dessous transparents  de la robe ne sont pas d’une seule pièce, il est indiqué jupon et corsage. S’agit-il d’une façon de faire courante à l’époque? Ou bien d’un caprice de la mode?

Magasin des Modes, novembre 1787

Magasin des Modes, novembre 1787
Descriptif

Le terme transparent est à prendre ici dans son sens ancien, c’est à dire ce qui est « apparent à travers », le tissus du dessous qui est visible sous celui du dessus. Donc un transparent, dans un magazine du XVIIIe, c’est un vêtement opaque qui transparaît sous une pièce du vêtement au tissage léger, comme de la mousseline ou de la gaze.

Dans sa description canonique, le fourreau est une robe d’une seule pièce au corsage busqué et lacé par derrière, à jupe fermée devant, qui était déjà en usage depuis le milieu du XVIIIe siècle pour les enfants.

Entre trois et quatre ans, les enfants des deux sexes sont en fourreau, dit aussi fausse robe pour les filles et jaquette pour les garçons. C’est une robe longue, en une seule pièce, lacée dans le dos, porté sur un corps à baleines, auxquels les enfants pas plus que les femmes ne sauraient échapper.

DELPIERRE, Madeleine, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, A. Biro, 1996

Et encore plus d’information sur les robes fourreau par ici   sur le blog de Heileen qui a fait un excellent travail de recherches dont il serait dommage de se passer!

Voici donc des photos de la « sous jupe »  avec un falbalas dentelé en mousseline de coton ivoire

Jupon de face

Jupon de profil

Falbalas dentelé, avec festons sur le bas et fixation en « guirlande »

Voilà!

à bientôt pour la suite, c’est à dire le haut, et encore une fois les terminologies seront abordées

Publicités

Read Full Post »